Freelance, augmente tes tarifs !

2 Commentaires

Si tu es freelance ou compte le devenir, la question de l’argent et des tarifs te vient sûrement à l’esprit. À combien dois je me vendre ? Est-ce que je suis trop chère ? Pourquoi je sens que je dois baisser mes tarifs pour y arriver ?

Toutes ces questions sont légitimes et normales : quand on débute ou quand on passe un palier, on est souvent confronté à notre relation à l’argent et cette étiquette que l’on se colle sur « combien on vaut » Mais ce qui est dangereux sur le long terme c’est de sous estimer la valeur de ton travail.

Survivre au lieu de vivre

Si tu t’es lancé à ton compte, c’est sûrement pour gagner en liberté financière, pas pour trimer sans raison et être payé en cacahuètes.

C’est d’autant plus important de se confronter à la notion d’argent et à tes tarifs pour ne pas retomber dans une spirale d’esclave du travail. Prenons l’exemple que je donne dans la vidéo : 140€/jour.

Sachant qu’un indépendant ne travaille pas 30 jours dans le mois, mais plutôt 15 jours (estimation haute), ce qui donne 2800€ de chiffres d’affaires sur un mois.

On enlève les 22% de cotisations sociales (je ne compte même pas les autres charges fixes), on tombe à 1638€. A ce chiffre, il faudra enlever les impôts et autre charges et comme je le dis plus haut : c’est un cas super optimiste !

Mauvaise estimation

Pourquoi optimiste ?

Parce qu’au delà du travail à fournir pour tes clients, il y a un tas de tâches chronophage et indispensables que tu dois réaliser que personne ne va te payer :

  • la communication
  • la comptabilité
  • la prospection
  • la formation
  • la gestion globale de ton entreprise
  • les imprévus (oui ça aussi ça coûte de l’argent)

Et j’en oublie sûrement. Facturez 140€ par jour, c’est la recette assurée pour ne pas se payer et aussi, pour ne jamais sortir la tête de l’eau et évoluez. Sans compter que je choisis volontairement le statut de micro entrepreneur et que si tu souhaites choisir un autre statut (EIRL, EURL…), c’est pire encore.

Avec quel type de client veux-tu travailler ?

Les tarifs bas attirent aussi les clients les plus difficiles. Ton travail sera perçu comme un travail « bas de gamme » et tu risques d’attirer des clients qui n’ont qu’un seul critère de choix : le prix.

C’est un critère important, mais si c’est le seul qui rentre en compte, cela va être difficile de valoriser ton savoir-faire, tes compétences ou ton savoir-être. On viendra te voir car tu ne coûtes pas cher et souvent, ce type de client se sent tout permis (bonjour le coup au moral et la baisse de confiance en soi dans ces moments là)

Si tu te reconnais dans ces prix bas, sache que ce n’est pas une fatalité. Cela commence déjà par ton rapport à l’argent et à ta valeur de travail : même si tu es débutante, ton travail a de la valeur. Il y a d’autres moyens de se former, d’avancer tout en étant payer au juste prix.

L’astuce qui peut booster ton moral : au lieu de regarder la fourchette basse, regarde la fourchette haute des autres freelances. Que font-ils ? Que proposent-ils ? Regarde des interviews, parle d’argent avec eux et confronte toi à la réalité de ton budget en gérant ton business comme une pro.

Tu peux y arriver 💪🏻

Rejoins les Jeudis avec Julie ❤️

Chaque semaine, tu recevras des contenus exclusifs, des conseils et les coulisses de la vie d'une entrepreneure très bavarde ! (anecdotes rigolotes au rendez-vous !)

Pas de spam, tu peux te désabonner à tout moment. Powered by ConvertKit

2 commentaires

  1. Hery dit :

    Bonjour Julie et merci pour ton message.
    « Facturez 140€ par jour, c’est la recette assurée pour ne pas se payer », c’est clair.
    Mais j’ai tout de même une question.
    Qu’on soit au tarif horaire/journalier ou au forfait, avoir un prix bas signifie devoir faire énormément de quantité pour se dégager un salaire… « correcte ».
    Mais quand on est au touuuuuuut début de son activité, qu’est-ce que tu préconises ? Commencer bas (voire gratuitement contre recommandations/avis/feedback) et avoir une stratégie d’augmentation de prix OU déjà fixer des prix bien calculés en fonction de ses coûts variables et fixes.
    Je me dis qu’au touuuuut départ, quand on n’a aucune référence client, c’est un peu différent ?
    Qu’en penses-tu ?

    Merci pour ce partage !

    • Julie dit :

      Hello Hery 🙂
      Je vais en parler dans mon produit qui sort bientôt justement 😉
      L’important est de ne pas travailler gratuitement pour rien car cela peut te coller à la peau comme je le raconte dans la vidéo. Je t’invite à scruter mes prochains cours pour en savoir plus 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

portait de kinoko

HELLO
MOI C'EST JULIE

Je suis une entrepreneure passionnée, une perfectionniste qui se soigne et une amoureuse de la vie. Je t’aide à trouver ton chemin pour devenir la personne que tu souhaites et apprendre à t’aimer.

10 façons de retrouver confiance en toi

Télécharge gratuitement ton guide pour reprendre confiance en toi et démarrer tes projets